Benjamin Giletti, le dessinateur et l’illustrateur

Après la présentation de Benjamin Giletti voici la suite de l’entrevue que vous attendez tous, où il nous parle de dessin et de technique !

Comment es-tu venu au dessin ?

Morphée, the Joker : Qu’est ce qui t’a poussé vers le dessin ? C’est bateau, je sais, mais tout le monde n’a pas voulu être illustrateur depuis tout petit.

Benjamin Giletti : J’ai voulu être illustrateur depuis tout petit. Je te fais marcher, mais en fait pas vraiment. Je dessine vraiment depuis que je sais tenir un crayon, et je ne me suis jamais arrêté. Je dessine tout le temps. Ma première envie ça a été la BD. Je suis un grand lecteur de BD, j’imitais les BD que je lisais, je créais des petites BD, j’inventais des univers entiers.

Morphée, the Joker : Quelles sont tes BD et tes auteurs de BD préférés ?

Benjamin Giletti : Il y en a tellement, et je ne peux pas choisir. Disons que j’ai plus eu des découvertes au cours de ma vie.
Dans un ordre plus ou moins chronologique, ça donne ça : Tintin, Mickey, Astérix et Uderzo, Gaston Lagaffe et Franquin, Gotlib, XIII, La Quête de l’Oiseau du temps et Loisel, Thorgal, Lanfeust de Troy,
Akira et Otomo, Berserk, L’Habitant de l’infini, GTO, Blame et Nihei, Jeremiah et Hermann, Prophet et Mathieu Lauffray, Guillaume Singelin, Elric

Je pourrais continuer des heures !

Morphée, the Joker : Es-tu autodidacte ou as-tu suivi une formation ?

Benjamin Giletti : Je suis autodidacte. La seule formation que j’ai suivi, c’est une formation à distance Lignes et formations, qui m’a aidé à avoir un avis extérieur sur mon travail, et une approche un peu plus pro.

Quelles sont tes techniques de dessin ?

Morphée, the Joker : Quelles techniques de dessin utilises-tu ? Comment se construit un dessin Benjamin GilettiTM ?

Benjamin Giletti : Ça commence quasiment à chaque fois par des croquis au crayon, croquis qui ne ressemblent à rien ou presque, que j’utilise pour poser mes premières idées de composition.

Après je passe à la tablette, j’ai une Wacom Mobile Studio Pro, et je n’utilise plus que Photoshop. Ensuite, je fais une version noir et blanc de l’illustration. Enfin, non, pour être plus exact je fais plein de versions noir et blanc, pour en sélectionner une à quatre que je montre au client. Cette version a très peu de détails, je cherche surtout à donner une idée de la composition et de la lumière de l’illustration finale.

Morphée, the Joker : Comment génères-tu les effets de lumières qui sont très caractéristiques de ton style ?

Benjamin Giletti : Pour les effets de lumière, je ne pense pas que je pourrais l’expliquer en quelques minutes, il y a effectivement l’outil (j’utilise beaucoup les différents styles de layers dans Photoshop) mais surtout il faut étudier et travailler la base tous les jours… sur la théorie des couleurs, la lumière, copier les grands maîtres. C’est ce que j’aime aussi dans ce métier, c’est qu’on ne finit jamais d’apprendre.

Dans le prochain article, Benjamin nous dévoilera comment se déroule un projet Shadowrun.

Morphée The Joker

Sysop derrière le retour de Shadowrun-jdr.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.