Slip Stream : Retour à chaud et totalement subjectif

Couverture du plot sourcebook Slip Streams

J’aime :

  • Une lecture plaisante rappelant certains des grands classiques de Shadowrun (tel que Threats) où le mystère évoqué vous inspire et vous fait dévorer les pages les unes après les autres afin de comprendre ce qui se passe.
  • Un propos moins éparpillé (la présence d’un fil rouge à moitié explicité, ce qui est plus que d’habitude et plusieurs propositions d’arc narratifs qui en découlent).
  • Un réel effort a été fait sur la jouabilité du contenu avec la présence d’un plus grand nombre d’informations pour les meneurs que d’habitude.

Points négatifs :

  • Pas de proposition sur la gestion des deckers et des riggers dans les métaplans (contrairement à ce qui avait été fait pour Court of Shadows, qui propos justement des mécanismes intéressant pour ces personnages dans le métaplan des fées).
  • La cité métaplanaire au cœur de l’intrigue n’est pas assez décrite pour être réellement jouable (et elle rappelle un peu trop une certaine Sigil…).
  • Comme toujours depuis Shadowrun 5, une certaine verbosité inutile aboutissant souvent à deux ou trois pages qui auraient aussi bien pu se résumer en un paragraphe.
  • Trop peu de règles et d’explication sur les mécaniques de l’univers (bref, demerden-Sie sich…).

 

Bilan :

Porteur d’une proposition somme toute nouvelle, Slip Stream est un livre de cadre qui réussit mieux que d’habitude l’exercice Shadowrunesque de mélanger mystère et jouabilité. Tour d’horizon, bourré de spoiler…

Slip Stream est coupé en cinq chapitres, qu’il vaut mieux aborder dans l’ordre, car l’ouvrage a (une fois n’est pas coutume) un thème principal : la multiplication, inexpliquée, de phénomènes magiques tels que les alcheras et les portails astraux. Avec cette simple phrase, les joueurs de Cyberpunk frustré, qui jouent à Shadowrun malgré ses elfes et sa magie, l’ont compris, ce supplément ne lorgne pas du côté de William Gibson. Cependant il y a un choix fort appréciable ici : briser les silos habituels de Shadowrun ! Les métaplans ne sont plus le domaine des seuls éveillés, relégués à une improbable aventure « solo » qui n’a jamais lieu, mais c’est désormais à la portée de tous.

Dans l’ensemble, Slip Stream est une bonne surprise, même si on y retrouve des défauts récurrents de la gamme. Il y a des progrès sensibles qui doivent être reconnus. Bref, un bon supplément d’univers pour Shadowrun.

2 réflexions sur “Slip Stream : Retour à chaud et totalement subjectif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *