Un rêve… ?

Un bon repas chez Granny Smith, une balade au bord du Sound, la soirée était passée tranquillement. Après être rentrée, Coydog sombra rapidement dans le sommeil. Les rêves étaient légers, futiles, incongrus ; disparaissaient aussi vite qu’ils étaient venus. Au bout d’un moment, elle réalisa qu’il n’y avait plus de rêves qui venaient et partaient. Ces nuages avaient laissé place à un grand ciel bleu au-dessus de la plaine. Une plaine qui s’étendait à perte de vue.

Elle se mit à marcher, sans avoir vraiment choisi une direction. Et d’ailleurs, comment en choisir une ? L’horizon présentait la même fresque où que l’on regardait. Le ciel était partout égal. Tellement semblable qu’elle remarquait seulement que, bien qu’il fasse clair comme en plein jour, aucun soleil n’était accroché dans le ciel. Elle marchait mais cela n’était pas pesant. Au contraire, chaque pas la mettait un peu plus en connexion avec le monde qui l’entourait. A présent, elle en était sure, ce monde n’était que mana, façonné à l’image des grandes plaines qu’avaient foulées ses ancêtres.

“Hope is the dream of a soul awake.”““Hope is the dream of a soul awake.”” by Nick Kenrick.. is licensed under CC BY-NC-SA 2.0

La jeune elfe remarqua alors que Coyote trottinait à ses côtés. En fait, cela faisait quelques temps déjà mais elle ne le réalisait que maintenant. « Je suis toujours à tes côtés », dit-il sans qu’elle n’ait eu besoin d’exprimer à haute voix sa pensée.

« Tu vois ce monde ? Je sais que tu l’as senti. C’est mon monde, enfin, en ce moment. » Coyote continuait de trottiner à côté d’elle, laissant une longue pause. Peut-être pour voir comment elle allait réagir ? « Ici, tout est mana, tout est esprit. Ce n’est pas comme ton monde où il y a des choses froides et mortes. Mais c’est ton monde et c’est ainsi. »

Coyote accéléra légèrement pour se placer en avant. « Je t’ai montré la voie pour façonner le mana. Je t’ai montré comment demander aux esprits de t’aider. Mais avec tes nouveaux amis, tu prends et tu remercies moins qu’avant. Tu as même lié un esprit qui pourtant n’avait rien fait pour le mériter. »

Coyote s’arrêta et se retourna vers elle. Elle s’arrêta également. Il la fixait de ses yeux perçants. Ces yeux auxquels elle n’avait jamais rien su cacher. « Tu ne pensais pas à mal, je le sais. Mais tu dois choisir ta voie et la suivre. »

Coyote“Coyote” by YellowstoneNPS is licensed under CC PDM 1.0

Soudain, le sol se déroba sous ses pieds. Le paysage autour devint trouble et elle se retrouva dans une grotte. Une odeur rance de cadavres dominait dans l’air. La lumière était presqu’absente de ce lieu, les boyaux de pierre s’enchevêtraient sans cesse. Parfois un râle ou un grognement venait en écho jusqu’aux oreilles de l’elfe. Le temps passé à déambuler sembla durer une éternité.

Elle s’asseyait. Cela ne changerait pas grand-chose. Avec le calme revint l’apaisement ; avec l’apaisement, les premières leçons de Coyote.

Un esprit de l’Eau pour trouver et guider. Elle invoquait alors un tel esprit et s’en remettait à ses sens. Il la guidait et elle put sentir l’air devenir moins pesant. Enfin, elle se rapprochait de la sortie. Mais, ce faisant, elle entendait le grognement de manière beaucoup plus nette.

Un esprit de l’Air pour dissimuler ou montrer. Son invocation faite, le second esprit l’enveloppa pour mieux la fondre dans les ombres de la grotte. Elle s’approchait encore et vit, près de l’entrée, un gigantesque grizzli hirsute. Son poil rêche et terne lui donnait un air des plus étranges.

Un esprit de l’Homme pour manipuler et tromper. Le troisième esprit commença à occuper l’énorme bête et réussit à l’éloigner de l’entrée. C’était sa chance. Elle avançait d’abord doucement puis, ce besoin de sortir se fit de plus en plus pressant et elle accéléra. Sans comprendre comment, le grizzli se retrouvait devant elle ; comme se réceptionnant d’un prodigieux bon. Ses crocs étaient visibles sous ses babines relevées.

Un esprit des Bêtes pour combattre et protéger. Comme par réflexe, elle appela un nouvel esprit à son aide. D’abord apparu sous la forme d’un coyote, il se changea en un grizzli énorme alors qu’il se levait et bloquait l’assaut de la créature. Ce léger répit permit à l’elfe de reculer de quelques pas alors que le duel s’intensifiait. L’esprit des Bêtes se changeait à présent en aigle et harcelait la créature l’obligeant à détourner son attention vers le haut.

Ce faisant, la jeune amérindienne remarqua que sur le dos de l’animal, proche de sa patte arrière, se trouvait un vieux sabre fiché dans une plaie béante dont la chair commençait à pourrir. Un esprit de la Terre pour apaiser et guérir. Instinctivement, elle appela un esprit de la Terre pour combler et soigner l’animal au moment même où elle arrachait l’arme de la plaie.

L’énorme masse se retourna vers elle, délaissant le volatile, prêt à asséner un violent coup de sa patte avant, mais se laissa finalement retomber sur ses quatre pattes alors que l’elfe lâchait l’arme qui vint tinter sur le sol.

Le grizzli hirsute s’apaisa. Son poil redevint régulier et soyeux. L’odeur putride quittait les lieux. Les cinq esprits entouraient la jeune chaman alors que la lumière entrait dans la grotte.

Snoozing grizzly“Snoozing grizzly” by Ruth and Dave is licensed under CC BY 2.0

Coydog se réveillait, encore nimbée de la puissance de Coyote, bercée par la présence des esprits. Mais ces derniers n’étaient pas là. Elle se fit une note mentale de remercier chacun à sa manière. Cette nouvelle journée démarrait bien. Elle s’asseyait sur le bord du lit et vit Coyote assis devant elle, arborant un léger sourire de malice. « Je te propose un Geas. Pendant une lune, tu suivras ma voie de la manière la plus stricte. Si tu t’y tiens, je te montrerais comment avancer dans ta propre voie. » Il se retourna et sortit de la pièce. Le temps qu’elle se lève et arrive à l’encadrure de la porte, il avait disparu.

Cela lui revint soudain. C’était la nouvelle lune.

Morning Stroll“Morning Stroll” by im me is licensed under CC BY-NC-SA 2.0

Geoffrey “Enkidou” Delmée

Une réflexion sur “Un rêve… ?

  • 15 août 2021 à 10 h 55 min
    Permalien

    Sympa cette petite histoire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *